Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 21:18

Comme vous le savez sans doute déjà, vous qui cherchez à vous loger sur Vitrolles, il est très difficile de trouver un logement. Bon nombre de familles avec enfants dorment parfois même dans la rue.
Nous qui avons la chance d'avoir un toit, même si celui ci fuit un peu quand il pleut (chose relativement assez rare dans le Sud), la mairie a décidé, avec les propriétaires du terrain où se trouve ces logements, de les détruire, alors que, je le répète, ces cabanons (comme on les appelle dans le midi), nous permettent d'être à l’abri et de vivre à peu près bien.
Nous allons avoir priorité sur ces familles qui attendent un toit depuis parfois plusieurs années.
Étant scandalisé par cette affaire, j'envisage de faire parvenir un récit complet de ce dossier à quelques chaines de télévision locales et nationales, afin que cette situation honteuse soit connue de tous.

Repost 0
Published by muller
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 20:57

Suite à mon entrevue avec un élu de la mairie, l'adjoint a rappelé que le terrain était inconstructible et que la mission de la mairie était de faire respecter la loi.
La mairie, ayant déposée plainte pour occupation illégale de l'espace publique, devrait donc faire démonter la totalité des cabanons situés sur ce site.
Mais la réalité sera tout autre : 4 cabanons ont en effet déjà été démontés, il en reste donc 20
Mais comme par magie, 11 de ces cabanons auront le privilège de rester en place et 9 devront être détruits.
C'est du moins ce qui ressort de l'accord entre les 3 propriétaires du terrain et l'adjoint de la mairie.

Comment peut-on dire avoir un problème moral et jeter à la rue 14 familles ?
Comment peut-on décider de qui pourra rester et qui devra partir ?

Je vais donc faire tout mon possible pour que tous les cabanons du site restent en place.
Si cela n'est pas possible et si les propriétaires continuent dans la voie qui est de faire une sélection, je crois que la disparition de tous les cabanons sera inévitable.

La balle est maintenant dans le camp des 3 sœurs propriétaires du terrain, c'est à dire Mme MANACORDA, Mme BARRA, Mme JOURDAN et de la mairie.
A eux de décider de l'avenir des cabanons de l'Agneau.
En espérant que le facteur humain jouera en faveur du maintient de la totalité des cabanons.

Repost 0
Published by muller
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 00:13

 

Voilà, comme promis, une sélection de photos, dont le but est double : montrer l'état de salubrité de la maison et montrer l'environnement, le jardin, la vue.

Cliquez sur les images pour les afficher en grand.

entree.jpg salonchambre bassinjardin1 jardin2pigeons arc en cielcoucher soleil

Repost 0
Published by muller
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 18:58

L'Agence Régionale de Santé (ARS) vient de me faire parvenir sa décision suite à la visite de mon domicile il y a plusieurs mois.

J'en profite pour vous signaler cet article sur le site de la Provence qui résume cet arrêté :

http://www.laprovence.com/article/vitrolles/lagneau-une-troisieme-habitation-declaree-insalubre

 

L'ARS ayant donc constaté de nombreuses dégradations dans le cabanon, celle-ci l'a donc déclaré insalubre.
Parmi ces nombreuses dégradation, on note la mauvaise étanchéité de la toiture: malgré mes
nombreuses demandes et relances faites à Mme Hernout Julia afin d'effectuer les travaux nécessaires, celle ci a toujours refusé de les effectuer.

"Étant donné la précarité de cet ensemble constitué de matériaux vétustes, le mauvais état de la toiture… une isolation thermique insuffisante, l'absence de chauffage.. et la présence de rongeurs, le préfet de la région arrête que Mme Hernout Julia, bailleresse du local, Mmes Manacorda Anne-Marie, Barra Louise, Jourdan Marie-Paule, propriétaires de la parcelle, sont mises en demeure de faire cesser l'occupation aux fins d'habitation du mobil-home dans un délai d'un mois à compter de la notification du présent arrêté".

Il y a cependant quelques corrections à apporter à cet arrêté :
- il s'agit dans la réalité d'un cabanon, et non d'un mobil-home
- je loue ce cabanon à Mme Hernoult Julia, et je n'ai aucun lien contractuel avec les autres personnes cités dans l'arrêté, dont Mme Manacorda.

Il est à noter que cet arrêté de l'ARS va totalement à l'encontre de mon souhait initial de rester dans ce cabanon et d'y faire effectuer les travaux nécessaires.
Comme décrit dans l'article précédent sur ce blog, mon but initial était de demander l'avis de l'ARS afin d'obtenir un avis extérieur sur la nécessité de réaliser ces travaux, avant d'engager une procédure judiciaire pour obtenir la réalisation des travaux de la toiture.

Au lieu de m'aider dans ma démarche, je me vois contraint de devoir quitter ce logement, ce qui est un comble, vu les nombreuses années, le temps et l'argent investis dans sa rénovation et son entretient.


Quand à Mme Manacorda Anne Marie, porte parole des 3 nus propriétaires de l'Agneau, qui prétend faire avec moi ce qu'elle a fait avec Mr Broie et Mr Licari :"Nous ferons avec M. Muller ce que nous avons fait avec M. Broie et M. Licari, c'est-à-dire les reloger puis faire démolir l'habitation. Il n'est absolument pas question de faire faire des travaux." Elle parviendra certainement à ses fins, puisque cette dame a  l'air de beaucoup parler quand je ne suis pas là.

Il ne faut pas que cette dame oublie que je lui envoyés plusieurs lettres recommandées auxquelles elle n'a donné aucune suite, ceci depuis presque 20 ans.

De même, lorsque je l'avais rencontrée au relais des Pennes-Mirabeaux, je lui avais fait par que j'habitais sur son terrain, sa réponse a été claire : "Il n'y a aucune d'habitation, je ne loue que des jardins avec des cabanes de jardin dessus."

Étant présent depuis 1984 dans ce cabanon, plage de l'Agneau, j'ai vu ces "cabanes de jardin" se transformer petit à petit en résidences principales.

Il est quand même bizarre qu'elle se réveille au bout de 20 ans, si elle compte se débarrasser de moi en m'éloignant de mon cabanon, elle se trompe lourdement, car j'aurais bien d'autres choses à faire passer dans la Provence.



Quand à Mme Hernout Julia, soit disant propriétaire du cabanon, je m’étonne de son silence : elle était bien plus loquace lorsqu'elle avait engagé une procédure par huissier afin de récupérer la somme des loyers (5.120€ payés  par chèque, qu'elle s'est dépêchée d'encaisser fin janvier 2012), loyers que j'avais arrêtés de payer, afin de l'inciter à faire les travaux nécessaires : je m'aperçois que ça va beaucoup plus vite à encaisser les loyers impayés qu'effectuer les travaux demandés depuis de nombreuses années.
A noter que si ces travaux avaient été effectués en temps et en heure, le cabanon n'aurait certainement pas été classé insalubre par l'ARS.
Je me vois donc, vu les innombrables problèmes engendrés par cet avis de l'ARS, d'engager les poursuites judiciaires nécessaires à l'encontre de cette personne.

Repost 0
Published by muller
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 20:38
Photo-infiltration-2 Photo-infiltration-1
Problèmes d'infiltrations et traces d'humidité dans les chambres.


 

Cela fait maintenant plusieurs années que mon logement est devenu inhabitable, suite à de nombreuses infiltrations dues à la toiture en amiante ciment vieille (matériau potentiellement dangereux, voir l'article sur Wikipédia) de plusieurs décennies.

 


Les pluies (qui pourtant ne sont pas fréquentes dans cette région) sont venues à bout de tous les travaux d'aménagement intérieurs, refait plusieurs fois par mes soins.

Malgré les nombreuses relances auprès de Mme Hernoult et son fils Bernard, je me suis toujours vu refusé la réparation de la toiture ainsi que de l'isolation.

C'est pourquoi j'avais décidé de suspendre le paiement des loyers afin d'obtenir la réalisation des travaux.

La seule réponse reçue a été un commandement de payer les loyers en retard, reçue par voie d'huissier ce 21 sept 2011.

J'ai donc été contraint de faire un chèque d'un montant de 5120 euros à Mme Hernoult, correspondant à la totalité des loyers impayés.
Je me retrouve donc à vivre dans une seule pièce, avec des bâches pour protéger mes biens de l'humidité et des infiltrations, en acquitant un loyer mensuel de 320 euros (hors charges), la propriétaire refusant de faire les travaux nécessaires.

C'est pourquoi j'ai demandé une expertise à l'ARS (Agence Régionale de Santé) afin de m'assurer de la nécessité de réaliser ces travaux.
Si leur expertise conclue à une nécessité de réaliser ces travaux, je serais contrains d'entamer une action en justice afin que ces travaux soient effectués par la propriétaire.
Malgré toute l'énergie dépensée dans les divers travaux de ce logement, depuis que j'en suis locataire, il est regrettable de devoir en arriver aux tribunaux.

J'ai demandé au journal la Provence de faire paraitre un article, en cas d'avis positif de l'ARS, afin de dénoncer ces injustices.

C'est donc la conclusion de l'ARS qui déterminera l'avenir de cette histoire.

Repost 0
Published by muller
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 12:01

Comme indiqué dans l'article de "La Provence", daté du 24 janvier 2011 (cliquez ici pour lire l'article), Mme Manacorda déclare : "Je me suis rendu compte que j'étais tenue responsable de ce qui se passait sur mon terrain."


Elle semble ici découvrir, selon elle, qu'elle est reponsable de ce qui se passe sur sa priopriété, mais elle n'a pas l'air de se souvenir qu'elle a fait priocéder, il y a plusieurs années de cela, avec l'aide de Mr Hernout René, à l'expulsion d'une famille de pauvres gens, dont un enfant de 7 ans, par les gendarmes et les huissiers.

Cette famille s'est retrouvée à la rue, sans aucun secours.

Je crois revenir quelques années en arrière, quand je vois Mme Manacorda et Mme Hernout recourir aux même méthodes pour faire partir quelques familles qui vivent ici depuis des années, sous prétexte que leurs habitations sont illégales.

 

Depuis 28 ans que je suis locataire sur ce terrain, j'ai vu défiler un grand nombre de gens pauvres, dans des cabanes et autres mobil-homes qui n'avaient d'ailleurs de mobil-home que le nom.

J'ai failli moi même être expulsé, sous bien des prétextes, parcque je demandais que des réparations soient faites sur ma toiture.

 

Je fournirais des preuves de mes dire, sur ce blog, dans les semaines qui viennent.

Repost 0
Published by muller
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 14:30

Bienvenue sur le nouveau blog reprenant l'histoire des cabanons du quartier de l'Agneau de Vitrolles.


J'ai décidé de créer ce nouveau blog afin de rendre publique ma propre version de l'évolution des cabanons depuis 1984, date à laquelle ma famille et moi avons emménagé dans ce quartier.

cdastrre vitrolles 1986 001
En 1984, nous étions 3 familles à habiter à l'année sur cette parcelle de terrain.
A l'époque, Mr Hernout René s'était présenté comme étant le propriétaire des lieux, le bail de l'époque ayant d'ailleur été signé entre moi et Mr Hernout René.
Il y avait d'autres cabanons sur cette parcelle de terrain, appartenant à des propriétaires différents, occupés quelques jours par an.


Dans les années qui suivirent, des mobil-home ont été installés par Mr Hernout, sur cette parcelle.
C'est à cette époque que les problèmes d'assainissement ont commencés à voir le jour.
Le tout à l'égout n'étant pas encore mis en place, toutes les eaux usées se jetaient directement dans l'étang de Berre.

C'est à cete époque, que j'ai appris que le terrain n'appartenait pas à la personne qui me louait le cabanon, Mr Hernout René, mais à Mme Manacorda.

 

C'est lors d'un entretient avec cette personne au "Relais des Pennes", aux Pennes Mirabeaux, que je lui ait faite part des nuisances causées par l'installation de ces mobils home et l'extension anarchique des quelques cabanons existants, rachetés aux anciens propriétaires, par Mr et Mme Hernout. Ce à quoi elle m'a simplement répondu qu'à sa connaissance, elle ne louait que des parcelles de terrain pour jardiner, sur lesquels se trouvaient de simples cabanes de jardin.

A l'issu de cette entretient, je lui ai envoyé une lettre recommandée AR, qui n'avait obtenue aucune réponse de la part de Mme Manacorda.

 

Ceci était le point de départ d'une longue séries de problèmes qui n'ont, à ce jour, toujours pas cessés.
C'est pourquoi j'ai décidé de créer ce blog, afin de pouvoir faire partager l'avancée de cette situation, qui prend pour le moment la forme d'une action en justice.

 

 

Ce blog sera mis à jour le plus souvent possible, dès lors qu'un nouvel élément sera disponible.

Repost 0
Published by muller
commenter cet article

Présentation

  • : Les cabanons de l'Agneau vus par Mr MULLER
  • : La suite de l'affaire des cabanons du quartier de l'Agneau, vu par l'initiateur du mouvement, Mr MULLER Alain.
  • Contact

Recherche

Liens